Retrouvez nous sur YouTube

Pour beaucoup, lorsque la relation amoureuse prend fin, la dure réalité de la dépendance affective heurte et frappe de plein fouet. Cependant, on en parle, mais en fin de compte, être dépendant de l’autre sur le plan affectif, cela veut dire quoi ? Comment reconnaître la dépendance affective ? Quand cela devient trop important, qui consulter pour la dépendance affective ?


Tout d’abord, dans sa définition officielle, on parle d’une véritable addiction à l’autre, comme une profonde anxiété lorsque l’autre n’est plus là, ou bien qu’il risque de partir. Ceux qui souffrent de cette dépendance affective sont beaucoup plus sensibles au stress, aux émotions négatives, à la peur de l’abandon.

Aussi, personne n’est égal devant la nature, et on peut être plus disposé à souffrir de la dépendance affective que d’autres. Cela n’est absolument pas une condamnation, simplement, mieux vaut en avoir conscience lorsque l’on commence une relation afin de ne pas tomber dans le piège.

Mais, aujourd’hui, comment faire la différence entre la tristesse de la séparation et l’addiction à l’autre ? Après tout, ce sont des sentiments proches, le premier étant une esquisse du second.

Effectivement, le premier est typique de cette période post-rupture où l’on se sent perdu, mais où l’on sait que, même si le moment n’est pas le meilleur, on conserve une certaine valeur et on peut continuer à vivre.

Mais, dans le second, le problème est bien plus profond, et n’est pas seulement une conséquence de la séparation, il prend racine bien plus tôt.

Digérer la rupture amoureuse reste une étape extrêmement pesante et laborieuse, mais l’on entrevoit la lumière au fond. Tandis que, dans la dépendance affective, même si la raison sait pertinemment que personne n’est irremplaçable, émotionnellement, la panique l’emporte et toute vision de la vie sans l’autre est absolument inenvisageable.

Nouveau, avez-vous vraiment une chance de reconquérir votre ex ?

Je vous invite à découvrir le seul quiz qui mesure avec précision vos chances de reconquérir l'amour de votre vie. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour faire le test.

>> Cliquez ici pour vérifier si vous pouvez toujours reconquérir votre ex <<

À l’évidence, se retrouver dans un tel état est d’autant plus gênant lorsque l’on doit tourner la page. Mais dans l’esprit de celui souffrant de ces symptômes, la grande question réside dans ce sentiment d’avoir un besoin pressant de l’autre dans sa vie.

Alors, aujourd’hui, nous vous donnons les clés pour comprendre comment sortir de la dépendance affective.

1 – Les causes de la dépendance affective

les causes de la dépendance affective

Commençons par comprendre les causes de cette addiction à l’autre.

Dans la relation amoureuse, la dépendance affective est un trouble de la personnalité profondément enraciné dans la psyché. Celui ou celle qui en souffre possède une faible estime de soi et cherche constamment la sécurité auprès d’autrui.

L’origine remonte à l’enfance, lorsque la personne n’a pas été aimée de manière appropriée et saine par ceux qui comptaient le plus pour elle, c’est-à-dire en premier lieu ses parents.

Ce manque d’amour provoque une faible estime de soi qui tend à s’accentuer à l’adolescence.

Arrivé à l’âge adulte, le dépendant affectif recrée des situations où il se retrouve soumis, essayant toujours de plaire aux autres afin de maintenir le lien émotionnel à tout prix et éviter la perspective terrifiante du rejet et de l’abandon.

Le manque d’estime de soi est donc la principale cause de la dépendance affective. C’est le résultat d’un chantage émotionnel qui enseigne à l’enfant qu’il ne sera aimé qu’après avoir répondu aux attentes des personnes qui comptent le plus à ses yeux.

Tout effort pour s’affirmer ou montrer son individualité sera étouffé ou sanctionné. Ses ailes sont coupées et l’enfant apprend rapidement à ne pas créer de conflits ou à ne pas déranger ses parents s’il veut obtenir l’amour dont il a besoin.

L’estime de soi de l’enfant se construit à travers le miroir que ses parents lui apportent et la confiance qu’ils lui accordent. Si ses parents lui transmettent des messages contradictoires sur ses capacités, l’enfant devient incapable d’intérioriser ses propres compétences et a besoin d’un adulte pour se sentir en sécurité.

De même, pour obtenir ce qu’ils attendent de leurs enfants, certains parents toxiques ont souvent recours à la culpabilité. N’entend-on pas des mères se plaindre de la façon dont leurs enfants les déçoivent, ou des pères autoritaires exigeant de leurs enfants qu’ils fassent ce qu’il leur demande sans discuter ?

2 – Les conséquences de la dépendance affective

manipulation dépendance affective

Dans un couple, les épisodes de passion, d’indifférence, d’abus et de manipulation sont des manifestations pathologiques de la dépendance.

En tant qu’êtres humains, nous avons tendance à rechercher et à reproduire ce qui nous est familier. Et ce sont les modèles appris dans l’enfance qui laissent le plus de traces.

Il ne faut donc pas assimiler la dépendance affective à de l’amour, comme cela est parfois le cas dans les relations toxiques. À ce moment-là, la personne qui a une faible estime de soi recherche l’acceptation et l’amour de l’autre, quand bien même sa propre dignité est compromise.

Les personnes dans la dépendance affective acceptent le mépris et les abus comme si c’était quelque chose de normal. Elles ont même d’ailleurs tendance à se sentir attirées par des personnes à l’apparence très sûre d’elles-mêmes et dominantes. Elles pensent avoir trouvé la bonne personne qui les rendra heureuses et mettra fin à leur solitude et à leur angoisse existentielle.

Malheureusement, elles ne se rendent pas compte que ce n’est pas cela l’amour. Le véritable amour est fait de respect et d’échange d’affection.

Certains comportements sont des indicateurs évidents de relation toxique de dépendance : la manipulation, le manque de respect, la jalousie excessive, l’insécurité et les abus.

Ce sont les symptômes de la peur de ne pas être aimé et accepté. Dans ces conditions, les couples se retrouvent dans des situations de domination/soumission, essayant de garder une certaine stabilité dans le couple. Il s’agit à proprement parler d’une dépendance, semblable à une drogue.

3 – La codépendance affective dans le couple

La dépendance affective dans un couple

Et qu’en est-il de la codépendance dans tout cela ?

Lorsque dans un couple les deux personnes sont trop dépendantes l’une de l’autre, on parle de codépendance, c’est-à-dire qu’elles dépendent de la dépendance de l’autre à leur égard.

Dans ce cas précis, les deux personnes s’appuient fortement l’une sur l’autre dans une tentative désespérée de répondre à leurs besoins de dépendance. Cela entrave naturellement le développement harmonieux du couple, et crée un enfermement personnel, social et professionnel.

La relation n’est réciproque que dans la mesure où elle permet aux deux d’éviter d’être confrontés à leurs pires craintes et doutes.

Quoi qu’il en soit, la relation est clairement dysfonctionnelle. Sans leur moitié, les couples codépendants se sentent perdus, seuls et inadaptés.

Les causes de la codépendance affective sont similaires à celles de la dépendance. En général, ces personnes ont eu dans l’enfance des parents qui ont négligé leurs besoins. Lorsqu’ils se sont permis d’affirmer leurs propres besoins de dépendance, tout à fait légitimes, ils ont été soumis soit à une punition indirecte (par exemple le silence) soit directe (verbalement ou physiquement).

Ces enfants étaient obligés de négliger leurs propres besoins et se concentrer sur ceux de leurs parents pour se sentir valorisés et aimés.

4 – La psychologie de la dépendance affective

Le dépendant affectif a appris durant l’enfance que pour être aimé et accepté, il fallait réprimer bon nombre de ses pensées, sentiments et pulsions.

L’enfant a dû faire une croix sur ce qu’il aimait, ce dont il avait besoin, et parfois même, sur qui il était vraiment.

Il n’est pas étonnant qu’une fois adulte, cette personne reproduise le seul fonctionnement qu’elle connaît, pensant que pour être aimée, elle doit taire ses propres besoins et se subordonner à son (sa) partenaire.

Ainsi, la relation amoureuse d’une personne dépendante affective ressemble à cela :

  • son estime de soi dépend de la validation de son homme ou de sa femme ;
  • ses capacités à exprimer ses besoins sont très limitées, et si elle les exprime, elle ressent de la culpabilité ;
  • ses actions se concentrent davantage sur les besoins et les désirs de l’autre que sur les siens ;
  • la capacité à poser des limites est très limitée, ayant souvent eu des parents intrusifs ;
  • les comportements sont souvent dictés par une peur d’être seul(e), et de se sentir abandonné(e) ou rejeté(e) ;
  • les émotions sont fonction du comportement du conjoint ou de la conjointe ;
  • lors d’une dispute, la personne dépendante affective a tendance à se victimiser ;
  • la loyauté peut aller bien au-delà de ce qui est attendu ;
  • ses valeurs personnelles peuvent être sacrifiées durant un conflit, la personne étant prête à tout pour maintenir la relation.

Notez que dans tous les cas, le comportement de la personne dépendante affective est motivé par un besoin qui vient de l’enfance et qui n’a jamais été satisfait : celui d’être aimé, respecté, en sécurité et accepté.

5 – Sortir de la dépendance affective

Se libérer de la dépendance affective

Peut-être vous reconnaissez-vous à travers cette description de la dépendance affective. Quoi qu’il en soit, si vous ne pouvez pas rester plus d’une journée sans votre partenaire, il est grand temps de commencer à se poser des questions.

Car émotionnellement vous ne pouvez pas rester dans cet état éternellement, et vous-même savez d’ailleurs pertinemment que ce n’est pas faisable. Mais quand on ne sait pas exactement où l’on en est, il est quasiment impossible d’établir d’autres conclusions, comme de savoir si l’on se trouve encore dans le besoin de l’autre.

Alors, que faire contre la dépendance affective si la certitude de faire face à celle-ci est nulle ?

Afin de sortir de cet état, il est primordial de commencer par se poser les bonnes questions, notamment ce que l’on pense pouvoir faire ou ne pas pouvoir faire sans son ex. À cet effet, l’idéal reste de le noter noir sur blanc sur un support, papier ou autre, afin de pouvoir faire un bilan.

En ce qui concerne les choses que vous sentez ne pas pouvoir faire sans votre ex, pensez-y à nouveau, et pourquoi ne pas se lancer et essayer de les faire pour en avoir le cœur net ?

Vous ne ferez plus de chantage affectif

Souvent, lorsque l’on est en proie à la détresse la plus intense, on en arrive à oublier certains principes pourtant considérés comme “de base”.

Quand la dépendance affective se transforme en harcèlement fusionnel, il est alors difficile de ne pas sombrer.

L’exemple le plus parlant est incontestablement le fameux “sans toi, je ne suis plus rien, et je sombre dans la dépression” que la dépendance affective nous amène souvent à prononcer.

Autant dire que, face à une déclaration aussi pathétique, au mieux, l’ex décide de redonner une chance, sans grande conviction néanmoins, et cela mène inéluctablement à une nouvelle rupture.

Au pire, l’ex en question refuse d’y croire, et décide au contraire de mettre définitivement de la distance entre vous.

Dans tous les cas, la probabilité que vous baissiez dans son estime et dans la vôtre est quasiment absolue.

Ce qui est fort dommage, étant donné que certaines formules pourtant simples sont redoutables pour faire réfléchir votre ex positivement.

Pourquoi le chantage affectif est-il aussi nocif ?

Sans l’avoir vécu, on pourrait croire que le chantage affectif est le cri désespéré et amoureux de l’âme éconduite.

Pourtant, bien au contraire, lorsqu’il est adressé à l’ex qui veut rompre, il apparaît bien plus comme une supplication.

Face à ultimatum, votre ex se sent forcé par vous, comme si vous faisiez en sorte de lui rappeler le mal qu’il vous fait.

Mais, en prenant la décision de rompre, il sait pertinemment que, oui, vous allez avoir mal, et cela le fait très probablement souffrir aussi.

Néanmoins, il est arrivé à une étape de la relation où , malheureusement, il considère ne plus avoir le choix.

Par conséquent, la dépendance affective ne justifie absolument pas le fait de vouloir menacer de cette manière, si ce n’est si vous voulez absolument passer pour un égoïste, ou encore un manipulateur.

Alors, bien au contraire, sachez réfléchir avant d’agir, tout en pesant vos mots pour éviter de tout ruiner.

Vous ne ferez plus de concessions

Dans un couple, on observe fréquemment et dans une certaine mesure, une relation de dominant-dominé.

Toutefois, cela ne signifie pas absolument pas que l’un est bien plus amoureux que l’autre, et entre peine d’amour et dépendance affective, il n’y a qu’un pas. 

Plutôt, on peut avoir un naturel à vouloir faire plaisir, en se disant que de toute façon, c’est toujours mieux que rien.

Ou bien, on espère juste que, petit à petit, cela fera évoluer la relation dans le sens que vous voulez lui donner.

Mais en pratique, cela donne quoi ?

  • par exemple, vous ne voulez pas créer de drame, alors vous acceptez à faire le ménage sans partage des tâches pendant que l’autre joue avec sa console.
  • ou bien, vous comprenez qu’il refuse catégoriquement que vous ne voyez pas vos amis du sexe opposé sans sa présence, mais lui ne se gêne pas pour le faire.
  • et encore, quand la relation amoureuse a pris fin, vous pouvez tout autant accepter de coucher à nouveau avec votre ex, sans toutefois être en couple et alors que vous en mourrez d’envie.

En soi, les concessions concernent toutes ces choses qui ne font pas votre bonheur, mais auxquelles vous cédez pour celui de l’autre, plein d’espoir.

Or, c’est une grossière erreur, puisque loin de considérer que vous lui faites une faveur, l’autre enregistre plutôt que, si vous êtes d’accord, c’est que cela vous va aussi.

A l’arrivée, le résultat sera bien entendu que, d’abord, vous ne vous épanouirez pas dans la relation.

Cela peut même aller plus loin, puisque vous accumulez ainsi toutes ces petites frustrations sans résultat.

Ce qui, à moyen terme, n’arrange absolument rien, et vous finissez par en vouloir à l’autre alors même que vous l’aimez.

Mais aussi, accepter toutes les requêtes de son compagnon, au final, n’aboutit qu’à peu de choses, puisque pour lui, cela entraîne la routine, la sensation que tout est trop “facile”, l’ennui.

Autant de raisons qui suffisent à provoquer une rupture sentimentale.

Sachez donc éviter une telle chute, mais plutôt prendre du recul pour réfléchir de manière plus logique.

Vous ne ravalerez plus votre fierté à chaque occasion

Et puis, dans la même logique que le précédent commandement, lorsque l’on se trouve en position de force par rapport à l’autre, on a progressivement le sentiment que l’on peut se permettre des tons et des mots de plus en plus forts.

Petit à petit, cela se traduit par des détails de la vie courante, comme par exemple oublier de dire “merci”, considérer que gronder l’autre en public est tout à fait normal, voire même, dans des cas plus extrêmes, insulter ou humilier l’autre par tous les moyens ou bien lui porter la main dessus.

Que l’on soit bien clair, si vous souffrez des ces actions, vous êtes ici clairement une victime.

Il est alors absolument nécessaire de réagir dès les premiers “merci” oubliés.

Car actuellement, vous avez plutôt le réflexe de chercher à vouloir éviter le conflit à tout prix.

Alors que ce genre de comportement montre avant tout un profond manque de respect envers vous, que cela vienne de votre partenaire, ou bien de vous-même.

Or, l’intégrité, l’acceptation et le respect sont certainement au cœur même de toute relation, que celle-ci soit amicale, amoureuse ou même professionnelle.

NON, vous ne méritez pas que l’on vous parle, regarde ou considère de la sorte.

Loin de nous l’idée de faire un drame, mais plutôt que de continuer à le subir, affrontez-le en toute diplomatie.

En règle générale, on a tendance, lors d’une confrontation, à adopter le ton donné par l’autre.

Alors, en toute logique, si vous gardez votre contrôle, votre partenaire ou bien votre ex comprendra qu’il est allé trop loin, et avec un minimum de bon sens, s’en repentira.

Si cependant, ce n’est pas le cas, partez, car vous n’avez strictement rien à faire avec un être qui ne vous respecte pas.

Vous ne vous laisserez plus piétiner par l’autre

Enfin, lorsque l’on a un sérieux problème de dépendance affective, cela va même jusqu’à sérieusement endommager sa confiance en soi.

Effectivement, vous voulez continuer à montrer toute la gentillesse du monde envers votre ex.

Mais en retour, au mieux, vous recevez de l’indifférence, peut-être un regard curieux mais furtif.

Sinon, votre ex ou potentiel futur ex peut aussi choisir de saisir l’occasion pour vous écraser sans aucun scrupule.

Certes, vous aimeriez y mettre fin tout de suite, mais à ce stade, la machine est enclenchée, et vous ne savez comment l’arrêter.

Tout d’abord, comment savoir si je me fais marcher dessus par l’autre ?

En pratique, on a tendance à se voiler la face lorsque quelqu’un profite de notre gentillesse, en particulier lorsque cette personne n’est autre que celle dont on est amoureux.

Cela est d’autant plus valable quand ladite personne apparaît aux yeux de tous comme la douceur incarnée, et jamais elle ne ferait une chose pareille.

Seulement voilà, même elle peut nous faire du mal, sans toujours forcément s’en rendre compte, mais simplement car elle s’y est habitué, et on l’a laissé faire.

Et puis, surtout, nos principes se sont peu à peu littéralement désagrégé, au fur et à mesure que l’autre les piétinait.

Ainsi, pour ne citer qu’un exemple, vous avez toujours catégoriquement refusé de rester à la disposition de votre ex s’il en devenait un.

Mais voilà que cet ex dont vous êtes follement amoureux doit faire garder son chien durant ses examens, et comme ce chien vous connait par cœur, vous vous dites que pour un après-midi, ce n’est rien.

Vous apprenez ensuite que votre ex en a profité pour prendre ensuite une demi-heure en terrasse en compagnie de ses amis et d’une bonne pinte.

Mais, après tout, ce n’est pas si grave, après tout vous l’aimez aussi ce chien, et vous attribuez ce comportement au stress.

Sauf que, aujourd’hui, vous vous retrouvez à lui prêter votre temps, votre argent et même votre espace, comme par exemple chambre d’ami pour accueillir les siens le temps d’une nuit.

Arrêtez-tout : vous ne pouvez pas être autant à la disposition de qui que ce soit, y compris votre ex !

Si vous n’y parvenez pas, coupez tout contact durant un certain temps, au moyen du Silence Radio.

6 – Comment se libérer de la dépendance affective pour de bon

Libérer de la dépendance affective

En tant que personne dépendante affective, vos relations sont toujours dans la tourmente sans que vous compreniez toujours bien pourquoi.

Mais une chose est sûre, que vous vouliez reconquérir votre ex ou repartir sur une autre histoire d’amour, il va vous falloir d’abord faire un travail profond sur vous, peut-être une psychanalyse, pour démêler tous les nœuds de votre histoire personnelle.

Se libérer de la dépendance affective n’est pas facile, mais il est nécessaire que vous trouviez la force de le faire pour mettre fin à ces montagnes russes émotionnelles.

Il est possible d’apprendre à surmonter votre dépendance affective en posant un regard objectif et honnête sur votre histoire et les traumatismes passés qui vous ont façonnés.

En reprenant contact avec notre enfant intérieur, et en guérissant les blessures du passé, vous pourrez renouer avec la personne que vous êtes vraiment et vous projeter ensuite vers un avenir heureux et rempli de fiertés.

Abandonnez cette idée que vous avez absolument besoin d’autrui pour exister, et de l’amour de l’autre pour vous épanouir.

Ayez le courage de vivre votre vérité intérieure. Le chemin vers la guérison est long et difficile, mais vous devez trouver la force et les ressources pour le suivre.

Cela vous libérera des schémas psychologiques qui proviennent de l’enfance et vous empêchent de devenir la personne que vous êtes vraiment et qui mérite de rencontrer l’Amour, le vrai.

Antoine Peytavin

Vous venez de lire l'article en entier ? Alors ne partez pas sans avoir effectué notre test "Avez-vous une chance de reconquérir votre ex".

>> Je teste mes chances de reconquérir mon ex <<