Mon homme a besoin de liberté, que faire ?

Bienvenue sur JeRecupereMonEx.com site N°1 sur la rupture amoureuse au monde (Le Times). Par Antoine Peytavin.
1- Si tu es nouveau, vérifie si tu as une chance de récupérer ton ex (test gratuit, clique ici).
2- Fais-toi appeler maintenant par un coach pour reconquérir ton ex au plus vite :

L’amour est un concept qu’il est parfois difficile d’expliquer. Deux personnes s’aiment et sont animés par de forts sentiments qui les unissent chaque jour davantage. L’union entre deux personnes est toujours quelque chose de magique et d’inexplicable, et il n’est pas rare par exemple de demander à quelqu’un pourquoi il est avec cette femme et pas une autre, et qu’il ne puisse finalement pas apporter de réponse concrète et objective. Cependant, on parle effectivement d’une union entre deux personnes, d’une alchimie, d’atomes crochus, de deux êtres qui s’assemblent pour ne faire qu’un.

Mon homme a besoin de libertéSeulement voilà, l’être humain est très complexe et développe sa propre personnalité influencée par son enfance, son vécu, ses relations et ses expériences. Les différences de personnalité entre deux personnes peuvent amener des divergences d’opinions et des conceptions du couple parfois différentes. Si vous vous trouvez sur cet article aujourd’hui, c’est peut-être parce que vous vous rendez compte que votre homme a besoin de plus de liberté que ce qu’il n’a aujourd’hui, et que vous souhaitez comprendre son comportement. Votre couple fusionnel ne l’est peut-être plus, votre homme a même peut-être demandé un break pour respirer un peu, et vous vous retrouvez perdue dans vos pensées et vous sentez incomprise par celui que vous aimez.

Cela vous bouleverse, mais ne vous inquiétez pas, cet article risque bien de vous rassurer et de vous aider à relever la tête !

Le besoin de liberté dans le couple

La question de la liberté au sein d’un couple est toute une problématique. Dans les débuts de relation, tout ce que l’on souhaite c’est de partager le même espace, de partager le même lit et les mêmes sorties. L’un déteint souvent sur l’autre, notre langage s’adapte à celui de l’autre, on prend même quelques-uns de ses tics etc., avec ainsi parfois la sensation de perdre un morceau de son identité et de sa personnalité. Vous avez sûrement déjà dû entendre ce genre de phrase à propos d’un couple : « Sa femme le mange complètement » (ou inversement). On parle alors de « nous » et on oublie davantage le « je », mais ce jeu peut alors absorber une personne en la rendant invisible. Le désir se perd, et une routine lassante peut s’installer.

Beaucoup de psychothérapeutes spécialisés dans les thérapies de couple s’accordent à dire qu’un couple qui s’étouffe augmente considérablement les risques de rupture, une rupture qui serait alors incompréhensible puisqu’elle serait soudaine et avec des motifs par forcément clairs. On appelle ce genre de relation, une relation cannibale : Les sentiments se mélangent, je ne me nourris que de l’autre, et je risque même d’entrer dans la dépendance affective.

Êtes-vous dépendante affectivement ? Pensez-vous être capable de laisser votre homme s’épanouir en dehors de votre couple ? Êtes-vous en train d’étouffer l’autre ?

Ce sont en tout cas des questions qu’il faut que vous vous posiez. La liberté dans un couple est importante, et il faut parfois savoir redonner de l’oxygène à son couple pour son bien.

Besoin d’espace dans le couple

Votre homme peut avoir besoin de plus d’espace et il n’est peut-être pas aussi à l’aise que vous avec ces étreintes à répétition, ces « je t’aime » trop fréquents, ces démonstrations en public, etc. Certaines personnes abandonnent carrément une activité ou un sport qu’elles pratiquaient auparavant, pour les bienfaits de leur couple. Effectivement si cette activité vous monopolise littéralement, il peut être difficile de la combiner avec une vie de couple. Mais il est pourtant nécessaire d’avoir du temps pour soi en dehors du couple, autant pour la personne dépendante affectivement, que pour celle qui ressent un besoin d’avoir plus d’espace en dehors du couple.

Mon homme a besoin de liberté

Si vous n’avez pas d’activité et que vous ne pratiquez aucun sport, n’hésitez pas à chercher dans vos centres d’intérêts ce qui pourrait vous épanouir sans votre homme. Il peut être difficile dans un premier temps de faire quelque chose sans l’être aimé lorsqu’on en est totalement accro, mais vous verrez qu’au bout d’un certain temps, vous n’en serez que plus radieuse et rayonnante, et tous ces bienfaits s’en ressentiront dans votre couple.

Votre homme a besoin d’indépendance

Il a besoin d’être seul de temps en temps, il souhaite exister en dehors du couple. Vous êtes-vous déjà surprise à parler à sa place lorsqu’on lui pose une question ? Ne l’avez-vous jamais inclus dans une phrase sans même lui avoir demandé son avis (du genre « on veut ; on aimerait ; on croit… ») ?

Être en couple, être à deux, c’est aussi savoir dire « Non » et s’affirmer. Oui, peut-être qu’être un couple signifie regarder tous les deux dans la même direction, mais ça ne signifie pas non plus de devoir tout sacrifier pour faire exactement les mêmes choses que son/sa partenaire, et de toujours avoir les mêmes envies, les mêmes pensées etc.

« Tu ne fais pas comme moi, je pense que je t’aime plus que toi. »

C’est faux. On peut être éperdument amoureux d’une personne et ne pas avoir les mêmes goûts ou les mêmes envies parfois. Lorsque votre homme vous a séduite, il avait sa propre personnalité, ses propres goûts et ses propres envies. N’oubliez pas ça dans un coin de votre tête.

Votre petit ami veut plus d’autonomie

Je fais souvent le parallèle avec un caillou : avec la force du temps, de vos demandes de sacrifices, de vos attentes etc., vous allez avoir tendance à façonner votre homme. Il passera alors d’un caillou avec ses imperfections qui vous ont pourtant séduite, à un galet tout poli et sans zone d’ombre. Il deviendra ainsi prévisible et sage, alors qu’il était peut-être ce Bad Boy qui vous plaisait tant. Le félin sauvage tend maintenant vers un chat docile et prévisible. Une certaine perte de désir peut alors s’installer, et ce chat si prévisible peut alors avoir envie de se rebeller en se rappelant de comment il était auparavant !

Votre homme a besoin d’autonomie, c’est une chose tout à fait normale et ça ne signifie pas pour autant qu’il doive vous mettre de côté 6 jours sur 7, ni qu’il doive sortir en boite tous les soirs pour tester son pouvoir de séduction. Ne faisons pas de raccourci.

Ce que vous devez comprendre, c’est qu’il est périlleux – et les psychothérapeutes le confirment – d’abandonner ses loisirs ou ses amis par la contrainte du couple. Les sacrifices sont parfois nécessaires mais ils sont à éviter. On préfèrera plutôt les compromis : prendre du temps pour son sport + prendre du temps pour une sortie au restaurant avec vous.

L’autonomie est souvent essentielle pour l’épanouissement d’une personne : être capable de répondre à ses propres besoins, assumer ses décisions etc.

Mon mari veut plus de liberté, je ne le comprends pas

Le mariage est une étape importante dans la vie, un moment unique dans lequel on se jure de s’aimer et de s’être fidèle. Il peut cependant arriver à un homme de vouloir – même marié – retrouver une dose de liberté qu’il a perdue avec le temps. Certaines femmes (tout comme certains hommes) pensent qu’une fois mariées, la relation amoureuse est acquise et qu’elles peuvent ainsi sans crainte, se laisser aller et ne plus faire d’effort puisque le mariage a verrouillé la relation. Il est effectivement plus difficile de quitter son épouse que sa petite amie, tout comme il est plus difficile de quitter la mère de son enfant, mais faites bien attention à ne pas entrer dans un cercle vicieux qui vous tire vers le bas.

Mon homme a besoin de libertéCe n’est pas parce que vous êtes mariée que vous ne devez plus faire attention à votre homme ou que vous pouvez « librement » l’étouffer en lui demandant de se consacrer uniquement à vous.

Parfois, peut-être paradoxalement, un homme se sent davantage impliqué et présent dans un couple lorsqu’on lui laisse plus de liberté. S’il pratique une activité ou un sport à l’extérieur par exemple, il peut s’épanouir, se libérer du stress accumulé au quotidien etc., et ainsi revenir plus heureux auprès de vous.

S’il se sent étouffé, il préfèrera même rester un peu plus longtemps au calme au bureau plutôt que de revenir la boule au ventre à la maison.

La peur de ne faire qu’un

Georges Elgozy disait ceci « Quand un homme et une femme se marient, ils ne font plus qu’un. Reste à savoir lequel« .

Certaines personnes vont en effet avoir peur de l’engagement parce que ça concrétise davantage l’union et – en général – ça la renforce. Un couple qui est trop fusionnel peut risquer, comme le sous-entend le terme de « fusion », d’estomper la personnalité de l’un des deux. Ce phénomène se fait en général tout naturellement lorsqu’une des deux personnes a plus d’autorité, s’affirme davantage, voire même lorsque l’un des deux a tendance à être leadeur et/ou manipulateur.

Si votre homme vous parle de son envie de liberté, comment devez-vous réagir ?

Dans un premier temps, estimez-vous heureuse qu’il vous en parle. C’est un bon signe qu’il passe par une première phase de communication car cela signifie qu’il tient à vous, et qu’il s’agit d’un sujet important à ses yeux. Il existe ce que l’on appelle le désir d’être seul à deux : c’est un peu paradoxal, mais il y a beaucoup de personnes qui apprécient avoir un moment rien qu’à eux, alors qu’elles sont folles amoureuses de leur partenaire. Il faut que vous compreniez qu’il est tout à fait possible de conjuguer « Amour » et « Liberté », sans pour autant partir dans les extrêmes comme les couples libres qui s’autorisent des relations extraconjugales.

En témoigne Chloé, en couple depuis cinq années :

« J’aime beaucoup, une fois par semaine, me retrouver en tête à tête avec ma meilleure amie. Il s’agit un peu de ma confidente, et ces moments sans mon petit ami me permettent de libérer tout ce que je ne peux lui dire. Ça me fait un bien fou, c’est comme une sorte de thérapie pour moi. »

Il est souvent bénéfique d’éprouver du manque pour la stabilité de votre relation. Ce manque attise le désire de l’autre, et le plaisir n’en est que décuplé lorsque vous retrouvez votre homme. Seulement ce n’est pas facile pour tout le monde d’être séparée de son compagnon, surtout lorsque l’on y est totalement dépendante et qu’on passe son temps 24h/24 avec lui.

Un break parfois nécessaire

Il peut être judicieux, comme je vous le disais, d’accepter de s’éloigner de l’autre. Une addiction, par définition, c’est quelque chose dont on ne peut plus se passer. Nous ne vous demandons pas ici de couper les ponts avec votre homme s’il le demande, mais s’il en a besoin, sachez que vous aussi ; au fond de vous.

Un break peut alors être le dernier recours à une envie de récupérer un peu de liberté. Quand ça ne va plus entre deux personnes, il est préférable de passer par cette courte période (elle ne doit pas dépasser quelques semaines) pour mieux se retrouver en ayant pris un peu d’oxygène chacun de son côté.

Mon homme a besoin de libertéEn revanche, il ne faut non exclure que si votre homme vous parle de « doute » et qu’il souhaite « prendre des distances », il se peut aussi qu’il s’agisse ici d’un prétexte pour lui permettre de voir quelqu’un d’autre. Loin de moi l’idée de vous faire peur, mais il faut quand même avoir les idées claires et tenter de bien comprendre le fond du problème.

Montrez-vous compréhensive, trouvez le bon tempo dans votre couple pour le maintenir en bonne forme. Une relation amoureuse, doit être remise en question de temps en temps : c’est l’occasion de crever certains abcès, d’éclaircir quelques points sombres, d’apprendre à se redécouvrir, à se désirer à nouveau, et de redonner un coup d’éclat à votre union amoureuse !

Commentaires

    Bonjour,
    Je suis Nathalie, j’ai 50 ans. Je vis une situation difficile avec Claude, 54 ans. J’aimerais votre avis et vos conseils.Si vous permettez, je prends le temps de vous faire le récit de notre relation. Nous sommes amis depuis 2011. J’ai fait sa connaissance parce qu’il était le professeur de judo de mon plus jeune fils. Dès le début il y a eu entre nous une forte attirance, palpable, visible, réciproque. J’en était même un peu gênée: je savais qu’il avait une copine et j’étais en pleine séparation d’avec le père de mon fils. Je restais un peu à distance, je n’avais jamais vécue une attirance si forte et je ne souhaitais pas me mettre dans une situation compliquée. Claude restait une sorte de fantasme pour moi. En juin 2012, il a fait un AVC. Je ne l’ai appris qu’à la rentrée de septembre, nous n’avions pas échangé nos téléphone et il n’y avait pas suffisamment de proximité entre nous pour nous voir en dehors des rencontres autour du judo club. Claude avait visiblement beaucoup souffert et s’était battu tout l’été pour recouvrer la marche et ses capacités mentales. Un soir après le judo, il m’a proposé d’aller boire un café. J’étais maintenant séparée de mon mari. J’en avais très envie, mais je n’étais pas disponible. Quelques semaines plus tard, comme je n’osais pas lui demander en public son numéro ni lui laisser le mien, j’ai mis un mot sur son pare brise. Il m’a rappelée de suite et m’a proposée de déjeuner avec lui la semaine suivante. Nous avons passé un très bon moment, sa copine semblait hors champs. Nous sous sommes revus régulièrement pour déjeuner ou prendre un café pendant plusieurs mois. Il était toujours agréable et l’attirance était toujours présente. Nous habitions à 60km l’un de l’autre, on se voyait plutôt autour du déjeuner. Il ne parlait pas de copine dans sa vie. Un jour, en janvier 2014, il m’a proposé qu’on se voit en soirée chez lui. Je n’avais pas mon fils pendant quelques jours. Au bout de trois soirées, il a enfin osé m’embrasser. Un peu plus tard dans le mois, je devais faire escale dans la ville où il habite avant de prendre la route tôt le lendemain pour un ddv professionnel. Je lui ai proposé de dîner ensemble et nous avons passé une partie de la nuit ensemble, enfin! Ca a été un grand moment de plaisir, de découverte et de complicité après presque trois ans d’amitié, de confidences et de flirt! Je ne pouvais pas me libérer facilement le soir mais nous avons pu nous retrouver quelques fois avec beaucoup de fougue et de plaisir. Après un soir d’avril où je commençais à me sentir amoureuse, je lui ai demandé s’il y avait une ou d’autres femmes dans sa vie. Il m’avait simplement dit quelques mois auparavant « je suis divorcé et disponible ». Il m’a alors répondu « j’aime une autre femme depuis longtemps ». Je l’ai remercié pour sa franchise et lui ai dit que je n’étais pas une fille juste pour coucher, que dans ce cas, je préférais que l’on se voit uniquement comme amis, que je n’avais pas du tout envie d’une histoire compliquée. Ca a été très très difficile pour moi mais ça me paraissait essentiel. On s’est vu moins souvent mais toujours avec plaisir et cette attirance évidente. Les mois sont passés. Nous n’avons pas résisté au désir et nous nous sommes parfois retrouvés chez lui. Puis, cela me faisait souffrir de le désirer ainsi et je n’ai plus voulu entretenir cette relation, j’ai difficilement mis 3 ou 4 mois de quasi silence radio, de juin à septembre 2014, avec parfois seulement un petit sms auquel il répondait toujours immédiatement avec des mots toujours agréables. En septembre nous nous sommes croisés par hasard sur un salon professionnel. Il était accompagné d’une femme qui se positionnait vraisemblablement comme sa copine mais qui n’était pas la femme « qu’il aimait depuis longtemps » dont il m’avait parlée et que j’avais pu voir avec lui à quelques reprises au dojo lors d’évènements sportifs. Cela m’a beaucoup blessée. je l’ai recontacté à la suite de cette rencontre, nous avons déjeuné ensemble et fait un peu le point. La « femme qu’il aimait depuis longtemps » (6 ans) l’avait quitté pour retrouver son ex mari, il avait une nouvelle copine, venait d’acheter un appartement, sa fille ainée attendait un enfant, bref tout baignait. De mon côté ça allait aussi mais c’est vrai et ça devait se voir, je n’avais pas fait le deuil de nos aventures et encore moins du fantasme d’une vraie relation avec lui. Il m’a proposé de visiter son nouvel appartement et bien sûr à peine entrés nous nous sommes littéralement jetés l’un sur l’autre! Aïe. Je lui ai demandé pourquoi il ne m’avait pas contactée après avoir rompu avec Béatrice (celle qu’il aimait depuis longtemps) et il m’a dit simplement qu’on habitait trop loin l’un de l’autre, qu’on arriverait jamais à se voir, que ça aurait été compliqué. Je lui ai demandé s’il était vraiment amoureux de sa nouvelle copine, il a esquivé en disant : « elle va se tanner de moi ». Je ne voulais pas « courir » derrière lui. J’ai pris un « sexfriend » pendant deux mois pour ne plus être dans le manque! En décembre 2014 il est passé chez moi poser un kimono pour mon fils. Il n’était jamais venu. Nous avons bu un café, discuté. Je lui ai reposé la question par rapport à s’il avait envie d’une relation avec moi. Il a dit « honnêtement, je ne sais pas mais on peut faire l’amour si tu veux ». Ca avait le mérite d’être franc! En janvier 2015, j’ai changé d’emploi, j’ai pris un poste qui m’obligeait à déménager. En mars, je me suis donc installée avec mon fils dans la ville où habite Claude. Je n’y connaissais presque personne mais c’était à mi-chemin de mon lieu de vie précédent où j’ai encore beaucoup de relations amicales et mon lieu de travail. Nous ne nous étions à peine revus depuis décembre. Il s’est mis à passer régulièrement me rendre visite, il était toujours le professeur de judo de mon fils, ce qui me faisait toujours un prétexte pour le croiser quand j’en avais envie. J’ai accepté une ou deux invitations chez lui, un jour il a été désagréable et je me suis dit STOP. De mai à août 2015 j’ai eu une relation courte avec un homme fou amoureux de moi et que j’apprécie beaucoup comme ami depuis longtemps mais pour lequel je n’éprouvais pas de désir sexuel après à peine quelques semaines. Septembre 2015, Claude est venu vers moi, ce n’est pas un bavard, nous avons mangé ensemble quelques fois, il passait régulièrement à la maison, puis un jour il m’a invité à nouveau chez lui, c’est excusé pour ce gribouilli de relation et bien sûr, pour tout discours, m’a enfin pris dans ses bras. Tant de mots se disent dans le silence d’un corps à corps! De septembre 2015 à juin 2017, notre relation a gagné chaque jour en fidélité, présence, complicité, amitié et plaisir simple d’être ensemble quasi quotidiennement sans pour autant vivre ensemble. Quelques escapades en duo mais surtout des repas ensemble chez moi et des soirées prolongées chez lui, et c’est vrai, beaucoup de sexe. Presque deux ans au cours desquels il a fait la connaissance de quelques uns de mes amis, de mon frère et de sa famille et de quelques collègues de travail aussi. Par contre, en deux ans il ne m’a de son côté jamais présenté à ses relations sociales ou amicales. Je connais ses deux filles mais elles sont grandes et nous les voyons très peu. En juin il a eu l’occasion de me présenter à des gens qui passaient alors que nous dinions en terrasse. Or il ne l’a pas fait. Il leur a fait un signe discret de mise à distance. Suite à cela, je l’ai questionné sur pourquoi il cloisonnait ainsi notre relation après tant d’années. Il a simplement dit que c’étaient des relations de son cercle politique, pas des amis. Sa réponse m’a alors parue plausible: je ne crois pas non plus que je l’aurais présenté, par exemple, à certains collègues avec lesquels je n’ai que peu de relation. Ma vie privé et ma vie professionnelle ne se mélangent pas tellement non plus. Mais quelques jours plus tard, il m’avait invitée chez lui en fin de journée pour boire un café. Quand je suis arrivée, une dame était assise au salon et parlait au téléphone. Il n’était pas très à l’aise. Il m’avait déjà parlé de cette femme, d’un certain âge, dont la maman habite au dessus de chez lui et dont le mari est décédé récemment. Ils ont été collègues de travail il y a quelques années mais elle est à la retraite maintenant. Une fois son appel terminé il me dit « Dominique, une amie » et il se tourne vers elle et lui dit « Nathalie, la fille qui fait de la poterie ». J’en ai eu le souffle coupé tellement je me suis sentie humiliée par cette façon de me présenter! je suis restée calme, j’ai discuté poliment avec son amie, nous avions beaucoup de points en communs, une femme intéressante que j’aurais certainement plaisir à connaître davantage. Elle est partie lui demandant à quelle heure ils se retrouvaient le lendemain pour une sortie prévue entre voisins. Claude était visiblement très mal à l’aise: il venait de ma dire qu’il ne serait pas disponible le lendemain parce qu’avec sa fille, j’ai détendu l’atmosphère en disant que je connaissais bien la ferme qu’ils allaient visiter, que c’était super sympa, etc. Puis je suis partie, prétextant une course à faire. Il m’a rappeler une heure plus tard, je n’ai pas répondu, je ne voulais pas être désagréable, c’aurait été inutile. Je lui ai fait un sms plus tard, lui disant que « la fille qui fait de la poterie », c’était vraiment humiliant, à moins que je n’aie pas compris le sens qu’il donnait lui à notre relation auquel cas il était prié d’enfin mettre des mots de façon claire pour qu’on soit sur la même longueur d’ondes. Nous avons déjeuné ensemble il m’a dit qu’il avait beaucoup d’amitié, de respect et de plaisir à passer du temps et faire des chose avec moi mais qu’il ne me considérait pas comme une compagne potentielle, qu’il n’éprouvait pas de sentiment amoureux pour moi, que pour lui j’étais une vraie amie, que le jour où il rencontrerait une femme avec laquelle il se sentirait de construire une vraie relation il me le dirait! J’ai encaissé dignement, répétant ses propos pour m’assurer de les avoir bien entendus, lui demandant par la même occasion s’il avait des rapports sexuels avec toutes ses amies, histoire que je comprenne bien la différence qu’il fait entre amour et amitié (c’était un peu ironique, j’avoue). Il a dit bien sûr que non, que depuis les deux dernières années, il ne m’avait « jamais trahie ». Qu’il serait toujours mon ami. Il était très froid, ceinture noire troisième dan! J’ai laissé passé quelques jours, il est venu boire un café sans prévenir, je suis partie quelques jours en vacances avec mon fils, on s’est échangé des sms presque tous les jours, il aime bien quand je lui envoie des photos en voyage, il s’est occupé du lapin et des plantes pendant notre absence; il est venu nous chercher à la gare tard le soir, je suis allé chez lui le lendemain matin, nous avions nos habitudes de petits déjeuners ensemble chez lui le we. J’espérais un peu de douceur, quelques mots, rien. j’ai donc ouvert la discussion tranquillement, lui demandant s’il n’était juste pas disponible aujourd’hui pour des relations intimes ou si s’était qu’il n’en voulait plus du tout avec moi dans sa nouvelle définition de notre relation amicale. Il a dit « pour le moment, plus du tout ». Ca m’a fait un drôle d’effet: pour mon plus grand plaisir, il avait toujours été très demandeur sexuellement. Nous avions mis un peu de temps à nous ajuster au début mais nos rapports intimes étaient toujours délicieux. Il a ajouté qu’il voulait évidemment qu’on reste amis, venir dîner à la maison, chahuter avec mon fils, passer du bon temps ensemble, dîner ou déjeuner au resto, mais qu’il ne voulait plus de relation sexuelles, qu’il faudrait de l’amour mais qu’il n’y en avait pas, que ça faisait un moment qu’il ne se sentait pas bien avec ça, qu’il voulait me le dire mais qu’il n’avait pas su. Bon c’était de mon point de vue une position étonnante et soudaine. Une grande tristesse m’envahit! Nous projetions partir en Sardaigne fin septembre tous les deux, il m’avait demandé de l’accompagner sur un championnat international de judo, il dit que ce n’était pas remis en cause. J’ai ouvert sur ses relations précédentes, fait un petit récap de la nôtre pour voir avec lui à quel moment je m’étais fourvoyée. C’est vrai que dernièrement je trouvais que notre relation manquait d’air, que j’avais envie d’ouvrir la relation socialement, et que je sentais bien sa réticence, même avec sa fille de 17 ans. Il a une relation très fusionnée avec elle. Trop à mon avis, et c’est vrai que dernièrement cela me pesait un peu. Je n’en avais rien dit, mais je trouvais déplacé le fait qu’il l’amène avec lui à des soirées d’été entre collègues/amis plutôt que de me proposer de l’accompagner. Je lui ai reparlé de cette femme qu’il disait avoir aimé longtemps et qui l’avait quitté suite à son AVC, que je crois qu’il est encore blessé de cette rupture, il n’a pas nié. Il a parlé un peu, ce qui est rare pour lui, disant que depuis son avc son caractère avait changé, qu’il ne voyait plus la vie de la même manière, qu’avant il était plus doux, qu’il savait mieux exprimer ce qu’il ressent. Je lui ai dit que je savais bien tout ça, que je n’avais jamais eu besoin de ses mots pour le savoir, que je l’aimais dans cette blessure aussi. Sur son statut FB il n’a jamais enlevé d’ailleurs leur date de mise en couple… j’ai évoqué le fait qu’il avait sans doute peur de l’abandon qu’il avait déjà tant de fois connu : à la naissance, à la mort de ses parents adoptifs, par sa première compagne aussi, à la suite de sa longue hospitalisation à 25ans pour un cancer du colon, au divorce d’avec la mère de ses enfants en 2002 et encore de cette femme en 2012.Je comprends bien sûr que maintenant il ne donne son amour qu’à sa fille! Bref, nous tentons de mettre une distance, le silence radio ne fonctionne pas: il m’envoi des sms, m’appelle, passe, veut déjeuner avec moi, je tente de mettre de la distance mais n’y arrive pas bien non plus, je lui écrit que je le remerciais de cette rupture qui me permet de me retrouver moi même, qu’il avait sans doute raison d’instaurer cette distance s’il ne m’aimait pas vraiment mais que cela me paraissait inconcevable puis que jamais je ne m’étais sentie autant aimée que par lui ces dernières années! Sans faire de reproches, je lui ai demandé toutefois pourquoi il avait attendu si longtemps pour me dire qu’il ne m’aimait pas, au fond! Il n’a pas répondu. Je me suis cassé la figure dans l’escalier, il est venu, nous avons déjeuné ensemble ce midi encore, il est triste à mourir, passant ses soirées avec des « amis » avec lesquels il renoue un peu sans doute après deux ans de quasi vase clos entre nous; je ne suis pas très joyeuse non plus, je voudrais simplement le prendre dans mes bras mais il sursaute dès que je l’approche un peu…j’ai envie de sa peau tout contre la mienne et je me dis qu’en fait je ne sais pas si c’est lui qui veux retrouver son ex de 2012 ou moi qui veut le reconquérir ou lui enlever ses peurs de l’engagement! Bref: HELP! Quelle stratégie adopter? Merci

    bonjour nathalie,

    ton histoire est bien trop complexe pour être traitée et suivie en commentaire, je te conseille vivement de faire appel à l’un de nos coach pour bénéficier d’une stratégie complète et approfondie ici https://www.jerecuperemonex.com/coach/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voulez-vous découvrir la méthode efficace pour réussir à...
Récupérer votre Ex dès ce soir
Indiquez votre MAIL pour recevoir la méthode de la reconquête amoureuse étape par étape immédiatement
Voulez-vous découvrir la méthode efficace pour réussir à...
Récupérer votre Ex dès ce soir
Indiquez votre MAIL pour recevoir la méthode de la reconquête amoureuse étape par étape immédiatement