/* */

Pascale Piquet : Pourquoi ça fait si mal quand l’autre s’en va ? _ 1/2

Par Antoine Peytavin

Est-ce normal que la Terre semble s’arrêter de tourner, que vous ayez la sensation de tomber dans un puits sans fond, un gouffre dans lequel il fera nuit et froid tout le reste de votre vie, quand l’autre s’en va ? Cette douleur qui vous vrille les entrailles, qui vous met en apnée, paniqué de ne plus jamais trouver d’air pour respirer, elle vous vient de l’enfance : vous voilà, petit gars ou petite fille, rejeté(e) par un parent ou les deux, livré à vous-même dans une jungle menaçante, où vous auriez eu besoin d’être protégé, rassuré, nourri de reconnaissance et d’affection. Sevré trop tôt, handicapé, recherchant ce que vos parents ont été incapables de vous donné, vous avez cru le trouver chez un conjoint (ou plusieurs), qui vous abandonne de la même façon : la blessure saigne à nouveau, plus béante à chaque rupture amoureuse, encore plus souffrante.

La réalité vous frappe de plein fouet : vous êtes seul et ça fait mal !

Pourquoi voit-on un homme tuer la conjointe qui lui annonce qu’elle s’en va ? Il a été rejeté par sa mère et trouve refuge dans une première relation qui tourne mal : cette première copine le rejette (parfois le trompe) et c’est pour lui sa deuxième mère qui le repousse. Il entame une deuxième relation, pire que la précédente et qui finit mal : c’est sa troisième mère qui le rejette. Et à la quatrième ou cinquième femme qui le plante là, il va craquer : la même blessure ouverte encore et encore, chaque rupture augmentant la souffrance ce sera fatale pour la dernière conjointe : le seuil de tolérance vient d’être dépassé.

J’ai dépassé le mien à deux reprises : deux hommes auraient pu y passer ! Cette douleur atroce que vous ressentez, quand l’autre vous quitte, je l’ai vécue comme le jour de la marmotte (film où la même journée recommence tous les matins pour l’acteur) : enceinte de trois semaines, mon mari me délaissait et fuyait la maison, pour finir dans les bras de sa maîtresse, chaque nuit. Chaque matin, je me réveillais persuadée que j’avais fait un cauchemar et je me tournais vers cette place vide dans mon lit, dans mes tripes : la réalité me frappait de plein fouet tous les jours de ma vie, jusqu’à ce que je mette fin à cette relation amoureuse.

Chaque jour me ramenait à l’abandon que je vivais, « couvant » seule le fruit de ce qui aurait dû être notre amour et devenait mon pire cauchemar. Heureusement, je dissociais ma vie d’épouse de ma future vie de mère : je me recentrais sur l’enfant que je portais et qui, à mes yeux, n’avait plus de père et moi plus d’époux.

Sortez de là : c’est possible rapidement !

Chaque matin (ou au milieu de la nuit, quand vous réussissez à dormir un peu !), vous vous réveillez avec la même sensation de vide, l’envie de stopper cette douleur inhumaine et, parfois, certains posent un geste radical et inutile : vous ne voulez pas mourir, vous voulez arrêter de souffrir !

Parce que vous portez ce mal de vivre depuis la nuit de vos temps, vous pensez qu’il en faudra autant pour en sortir ? FAUX ! Cet enfant terrifié qui vous habite, vous pouvez vous en débarrasser : vous avez atteint les bas fonds de la souffrance, que diriez-vous de remonter ? Plus vous avez souffert, plus vous remonterez vite ! Refusez la souffrance, battez-vous pour vous libérer de cet enfant intérieur qui crée ce vide, dans lequel vous tombez !

Le bonheur, et je le sais pour le vivre chaque jour, est inversement proportionnel au malheur : imaginez ce que vous allez vivre ! Plus vous aurez souffert, plus vous profiterez de votre sérénité. Mais pour cela, il faut également croire que vous méritez ce bonheur et vous battre pour aller le chercher : vous le méritez ! Tout le monde le mérite. Et, croyez-moi, reprendre votre vie en main est bien plus facile que vous ne le pensez : je l’ai fait seule, vous pouvez y arriver en étant guidé. Il s’agit de mauvaises programmations qui se déprogramment !

*** Ne manquez pas la suite (et fin) de l’article « Pourquoi ça fait si mal quand l’autre s’en va ? » jeudi prochain à 16 heures, à la une de JRME ! ***

Avez-vous une chance de reconquérir votre ex ?

Découvrez le seul quiz qui mesure avec précision vos chances de reconquérir l'amour de votre vie.

Accédez au test

Pascale Piquet sera à Paris pour des coachings intensifs, du 8 au 14 juin 2012.
Détails sur le site : www.pascalepiquet.com

0 Partages

Avez-vous une chance de reconquérir votre ex ?

Découvrez le seul quiz qui mesure avec précision vos chances de reconquérir l'amour de votre vie.

Accédez au test

Poursuivre avec un autre article ?