Basse estime de soi (BES) après une rupture : comment la surmonter ?

Bienvenue sur JeRecupereMonEx.com site N°1 sur la rupture amoureuse au monde (Le Times). Par Antoine Peytavin.
1- Si tu es nouveau, vérifie si tu as une chance de récupérer ton ex (test gratuit, clique ici).
2- Fais-toi appeler maintenant par un coach pour reconquérir ton ex au plus vite :

Surmonter une baisse d'estime de soiFace à certains événements traumatiques , même les plus forts d’entre nous peuvent s’effondrer. La rupture en fait bel et bien partie. En un claquement de doigt, l’image et l’estime qu’ils avaient d’eux-mêmes sont remis en question et avec ça leur façon de vivre leur vie. Si ces périodes semblent insurmontables, l’être humain reste lui, solide. Pour ne pas se laisser couler, il suffit bien souvent de savoir reconnaître son mal et de reprendre les rênes de sa vie en main. Explications. 

 

Le choc de la rupture

La rupture est par définition, un événement auquel on ne s’attend pas. Elle vient nous surprendre dans notre sommeil des jours heureux, et nous réveiller à grand fracas. Bruyamment. Pernicieusement. Elle nous entoure de ses bras rugueux et froids. Elle nous étouffe, nous empêche littéralement de respirer. On manque d’air. On a terriblement besoin d’aide. Et cette impression profonde, au fond de nos os, que la seule personne capable de nous aider vient justement de nous abandonner.

La métaphore est douloureuse à lire tant vous vous retrouvez dans ces quelques lignes. Pourtant, la séparation ne fait-elle pas partie des éléments banals de nos vies ?

Tout le monde s’aime et se quitte. Tout le monde souffre et s’en remet. Alors pourquoi cette impression que plus rien ne sera jamais comme avant ?

Certains mettront la faute sur les hormones. Les mêmes hormones qui sont impliquées lors du coup de foudre. Une séparation entraînerait la libération d’hormones liées au stress. Ce qui peut se traduire par des nausées, un ralentissement du rythme cardiaque ou encore un manque d’air. Ce serait donc ces hormones qui nous pousseraient à envoyer 20 SMS à notre ex en un week-end et à s’enfermer chez nous sans voir personne parce que « personne n’est aussi bien que lui/elle ».

La dopamine, à l'origine de notre souffrance

Il y a quelques années, des scientifiques ont fait une expérience originale. Ils ont demandé à des hommes et des femmes fraîchement séparés de regarder des photos de leur ex et ont réalisé des IRM pour voir la réaction de leur cerveau. Le résultat a été sans appel. Ils réagissaient comme le cerveau d’un toxicomane en manque de drogue. La drogue, dans ce cas précis, est la dopamine. L’hormone du plaisir et du bonheur.

Toute cette souffrance à cause d’une hormone pas assez stimulée ? D’autres n’y croient pas et préfèrent pointer du doigt la souffrance de l’âme. Dans tous les cas, le résultat est le même. Et les conséquences peuvent être désastreuses pour la poursuite de notre vie.

 

Des symptômes bien réels

Qu’elle soit souffrance de l’âme, du coeur ou du cerveau, cette souffrance est bien réelle. Et se fait sentir au quotidien.

D’abord, il y a le sentiment d’abandon. On se retrouve seul(e) du jour au lendemain. Notre appartement, nos placards, notre réfrigérateur et même notre téléphone semblent abandonnés. Tout ce qu’on faisait avant avec tant de facilité depuis des années, aller travailler, voir des amis, se pouponner devant le miroir… Tout ça semble irréalisable. On a perdu tous nos repères. Et puis à quoi bon, s’il/elle n’est plus là ?

On entame alors la deuxième phase, celle du repli sur soi qui mène malheureusement souvent à la maltraitance de soi. On ne fait plus attention à nous. On essaie d’oublier la douleur et on s’oublie soi-même. 

Et puis s’invitent à notre table des sentiments qu’on avait peut-être jamais connu auparavant. Ou des démons du passé qu’on pensait enfoui à tout jamais. Peur des autres, dénigrement, dévalorisation, timidité, gêne excessive, peur du regard des autres, d’être jugé(e), difficulté à prendre des décisions. 

Derrière ces symptômes se cache la baisse d’estime de soi (BES). Et si vous en êtes là, vous avez passé la première étape avec succès. Vous avez su reconnaître ce mal qui vous rongeait lentement de l’intérieur. Et vous savez ce qu’on dit : pour battre son ennemi, mieux vaut le connaître !

C’est en tout cas après l’avoir identifié que vous pourrez changer votre leitmotiv de « Je suis nul(le) et laid(e) » à « La vie est belle et doit être vécue à fond » !

Car toute l’ampleur du phénomène est ici. Une baisse d’estime de soi empêche de vivre correctement. Certaines personnes se sont complètement laissées à l’abandon, ont quitté leur travail et se sont coupées du monde. Elles l’ont amèrement regretté et auraient apprécié qu’on leur donne ces conseils au bon moment. 

Le manque d'estime de soi empêche de vivre

Si la douleur est réelle, personne sur terre ne peut se permettre de nous empêcher de vivre notre vie. Et la douleur a au moins un avantage. Elle vous rappelle que vous êtes en vie et vous incite à en vivre chaque minute. 

Pour prendre ce chemin, il faut accepter la situation. Lâcher prise. Prendre du recul. Ça ne fera pas partir la douleur mais vous offrira la chance d’aller de l’avant. Vous ne pouvez pas lutter contre la souffrance mais vous pouvez maîtriser les impacts qu’elle a sur votre vie. Vous prendrez conscience que pour vous en sortir définitivement, il faut réaliser un travail sur vous même.

 

Faire son grand retour dans la vraie vie

Penchez-vous sur votre cas. Qui êtes-vous réellement ? Qui étiez-vous avant de le/la rencontrer ? Vous viviez une vie épanouie, vous étiez autonome et très certainement heureux(se). En voilà une preuve que le bonheur en solo existe ! 

Il est important de prendre conscience de ses qualités mais aussi de ses défauts. Comme tous les êtres humains normalement constitués sur cette planète, vous en possédez ! Et on vous aime pour ce que vous êtes.

Dessinez un petit tableau sur le coin d’une feuille, maintenant. Une colonne « qualités », une colonne « défauts » et remplissez la. Une chose est sûre, vous avez certainement plus de qualités que de défauts. Et dans tous les cas, vos qualités surpassent vos défauts. Vous êtes comme vous êtes et vous ne pourrez pas profondément changer. Personne n’est parfait et tout le monde fait des erreurs. Se tromper fait partie du cours de la vie, décevoir les autres aussi.

 

« La peur de décevoir empêche de profiter des preuves d’affection de l’entourage. Il va donc falloir apprendre à décevoir ! » Christophe André, psychiatre et psychothérapeute à l’hôpital Sainte-Anne à Paris

 

Et si un de vos défauts vous gêne réellement, travaillez-le. Améliorez-vous. Faites des efforts. Vous en sortirez grandi(e) et fier(e). Et vous vous aimerez davantage !

Apprendre à s'accepter

Prendre conscience de qui vous êtes vous permettra d’accepter plus facilement la rupture. Car c’est bien la prochaine étape sur la route de la self-confidence ! Comment aller de l’avant si vous regardez toujours en arrière ?

Il arrive de ne jamais connaître les raisons profondes d’une rupture. Tout repose à cet instant entre les mains de votre ex et s’il/elle a envie ou non de vous les expliquer. Qu’il/elle le fasse ou non ne doit rien changer à votre plan pour vous sentir mieux. Vous êtes célibataire sans le vouloir mais cela ne signifie en aucun cas que vous n’êtes plus désirable, plus séduisant(e). Tout ce que ça peut signifier, c’est que le temps de l’amour avec cette personne est désormais terminé. Et qu’il vaut mieux tirer un trait dessus pour vous abandonner à une histoire qui stimulera à nouveau vos hormones… Vous vous souvenez, la fameuse dopamine ?

Prochain arrêt sur la route pour l’estime de soi, apprendre à accepter les compliments. C’est une réaction très humaine mais quand nous sommes tristes, nous refusons purement et simplement d’accepter les compliments. On refuse même l’idée qu’on puisse être complimenté. Pourquoi ?

Il y a plusieurs explications à cela. D’abord, on se dénigre tellement, qu’on ne supporte même plus un simple compliment. Ensuite, ça peut être en raison d’une timidité mal placée ou d’une dévalorisation de soi. Nos défauts nous sautent tellement aux yeux, nos erreurs passées, toutes les reproches qui nous ont été faites. Il nous parait impossible qu’une personne remarque encore nos qualités. Accepter les compliments, c’est s’accepter soi.

 

« Accepter les compliments par exemple est un très bon exercice qui va bien au delà de son apparence superficielle. Entre le « mais non pas du tout » et le « ce que vous dites me fait très plaisir », il y a deux regards radicalement différents sur soi. » Christophe André, psychiatre et psychothérapeute à l’hôpital Sainte-Anne à Paris

 

Après ces trois phases (prise de conscience des qualités/défauts, acceptation de la rupture, acceptation des compliments), vous allez pouvoir faire un bond dans la vraie vie. Celle que vous aviez mis de côté. Et là, vous allez prendre les choses en main.

 

Prendre les choses en main

Réaliser qui nous sommes, nos besoins et nos attentes ne suffit pas à être heureux. Maintenant, il faut sortir de notre zone de confort. 

Retrouver confiance en soi étape après étape

Je ne dis pas par là qu’il faut revoir tout votre entourage et partir à l’autre bout du monde – quoique-. Entourez-vous des gens que vous aimez et qui vous aiment. Vos amis, votre famille. Des personnes que vous aviez peut-être mises de côté au profit de votre couple. C’est le moment idéal pour renouer contact et renforcer les relations. Car aujourd’hui plus que jamais, vous devez être entouré(e).

Mais c’est surtout le moment idéal pour SORTIR. Vous savez, cette activité que vous repoussez au maximum. C’est le moment. Commencez par allier sortie et bien-être. Encore un coup de pouce supplémentaire pour vous sentir bien dans votre tête comme dans votre corps.

Profitez de votre liberté retrouvée pour faire du sport, seul(e) ou entre amis. Voir les changements d’une activité sportive sur son corps est une telle satisfaction que tout le monde mérite de connaître ! Au-delà de l’aspect physique, le sport est aussi un moyen de se vider la tête. Vous êtes énervé(e) ? Vous en voulez à la terre entière ? Foncez faire une heure de jogging ou un cours de boxe avec votre meilleur(e) ami(e). Croyez-moi, la colère sera passée ! 

C’est aussi le temps de prendre du temps pour vous et vos activités fétiches. Un bon bouquin dans un parc en fin d’après-midi, une après-midi entière à faire de la cuisine, une soirée seul(e) à jouer de votre instrument préféré… Retrouvez-vous. Et faites la fête. Sortez avec vos amis. Profitez de la vie !

 

Petit à petit, sans même y prêter attention, cette confiance perdue refera surface. Vous n’aurez plus aucune difficulté à entamer une nouvelle journée. Apercevoir une photo de votre ex sur internet vous rappellera de bons souvenirs sans faire couler une larme. Vous aurez envie d’affronter la vie comme elle vient. Car la rupture, on vous l’a dit, fait partie des choses banales de la vie. Et vous aurez votre revanche. En tout cas, première étape accomplie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *