Mon chagrin d’amour aurait pu tourner au drame (témoignage)

Par Antoine Peytavin

En chagrin d’amour depuis 5 mois, Charlotte ne voyait plus d’issue à sa souffrance. Elle nous raconte avec courage les épreuves qu’elle a traversé et nous révèle comment elle s’en est sorti. Merci à elle de nous avoir contactés pour partager cette expérience difficile.

Le choc d’une rupture

« J’étais en couple avec Sylvain depuis 2 ans et demi quand il a décidé de tout arrêter. Il ne m’a pas donné d’explications, il disait que c’était comme, ça, qu’il n’y avait plus « la flamme ». De mon côté, je n’avais pas du tout le sentiment que c’était fini et je me sentais incroyablement bien avec lui. J’envisageais totalement de passer ma vie avec Sylvain, je rêvais de mariage, pour moi, c’était vraiment l’homme de ma vie. Au début, je n’étais pas vraiment sous le choc car j’étais persuadée que ça allait lui passer. C’est quand il est parti et qu’il a récupéré ses affaires que j’ai été obligée de me rendre à l’évidence : c’était un choc.
Je ne voyais aucune issue à la souffrance et la panique qui m’ont envahies à ce moment là. La première qui m’est venue à l’esprit ce jour là était  » Comment vais-je pouvoir surmonter tout ce chagrin et avancer avec ce vide immense en moi ? »

Une solitude pesante

Sylvain et moi étions très fusionnels, on avait peu à peu fait le tri dans nos amis et pour ma part je m’étais pas mal éloignée de mes copines. Je me voyais mal les rappeler une fois que j’étais de nouveau seule, elles auraient pensé (peut-être à raison) que je les appelais uniquement quand j’en avais besoin. J’ai donc commencé à essayer de me remettre de la rupture toute seule. Dans un premier temps j’avoue, j’ai tout fait pour récupérer mon ex mais il m’a rapidement demandé de couper les ponts. C’était difficile pour lui aussi visiblement et il préférait se donner du temps, prendre du recul. Je n’avais pas de trouvé de travail à cette époque et j’habitais loin de ma famille, les journées me semblaient interminables. Les kilos s’installaient peu à peu car je n’arrêtais pas de grignoter en regardant la télé.

J’ai commencé à sombrer à cause de Facebook

Quand j’en avais marre de regarder la télé, je farfouillais sur Internet à la recherche de tout et n’importe quoi. Comme beaucoup de filles larguées (je pense), j’ai commencé à essayé de fouiller pour trouver des infos sur Sylvain. Il m’avait gardée en amie sur Facebook et sur son mur, je voyais une fille qui n’arrêtait pas de commenter ses photos. En cliquant sur son nom, j’ai découvert son profil (avec plein de publications non cachées) et des photos d’elle avec Sylvain. J’étais folle de rage, j’ai même vomi ! J’ai réalisé ce jour là que j’attendais en fait le retour de Sylvain, même si je ne voulais pas me l’avouer jusque là. Découvrir qu’il avait une autre nana me rendait totalement dingue. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à boire quelques verres d’alcool le soir pour trouver le sommeil.

Mon problème d’alcool

Être alcoolique à 27 ans c’est franchement pas glorieux, mais je me suis enfermée là dedans sans m’en rendre compte. Le soir, je buvais afin d’oublier et le matin je me réveillais avec une gueule de bois infernale. Du coup, je n’osais pas sortir de peur de sentir l’alcool. Quand j’allais faire mes courses, je faisais croire à la caissière que j’allais faire un fête chez moi, c’était ridicule. Cette descente aux enfers a duré 2 mois. Un soir, quelques copines se sont invitées chez moi et ont voulu « fêter » mon célibat. Je les avais retrouvés sur les réseaux sociaux et elles ne réalisaient pas à quel point je vivais mal la situation.

Mes amies m’ont sauvée avant que la situation tourne mal

Ce soir-là, mes amies avaient apporté de l’alcool. Nous avons discuté de tout, de rien, des mecs, etc. En même temps, nous nous servions régulièrement des verres. Lorsque la soirée touchait à sa fin, elles m’ont toutes regardée d’un air inquiet, je ne savais pas ce qu’il se passait. Elles m’ont dit qu’il ne fallait pas que je me vexe mais qu’elles trouvaient que ma consommation d’alcool était un peu excessive. Évidemment, je leur ai répondu que je ne voyais pas de quoi elles parlaient. Finalement, l’une d’entre elles me dit « tu as bu l’équivalent d’une demi bouteille de rhum, une bouteille de vin à toi toute seule et trois bières et tu n’es même pas pompette !!! ». Je réalisais enfin la situation et commençais à comprendre qu’il fallait que je me fasse aider. Je me suis effondrée en pleurant, de honte, de chagrin, de tristesse… Je pleurais pour évacuer tout ce que j’avais vécu jusque là. Je me sentais si seule… c’était la première fois que quelqu’un semblait se soucier de ma santé ou de mon bien-être depuis ma séparation avec Sylvain. J’étais émue. La copine en question me proposa de passer la nuit chez moi pour discuter tranquillement le lendemain.

J’ai été touchée par la force de l’amitié

Dès le lendemain matin, ma copine m’avait préparé un bon café et elle était allée chercher des croissants. Elle me demanda de lui raconter ce qu’il s’était passé en détail sans pour autant me forcer la main. Je lui ai tout raconté et je lui ai expliqué également ma prise de poids fulgurante. Elle me proposa d’aller passer quelques jours dans sa famille, au Pays-Basque pour l’été. Là-bas, j’avais très envie de boire mais heureusement, l’addiction n’avait pas encore pu s’installer pour de bon. Je profitai donc de ces vacances pour essayer de m’amuser et ma copine ne me lâchait pas d’une semelle pour être sûre que je ne sombre pas. Elle me présenta aussi un garçon charmant qui me permis d’oublier un peu Sylvain, le temps des vacances. Je n’oublierai jamais ce qu’elle a fait pour moi. Sans cette soirée improvisée, j’aurais pu devenir réellement dépendante à l’alcool. J’aurais peut-être même fini par prendre des médicaments… qui sait ? J’ai compris que dans ce genre de cas, il est indispensable de bien s’entourer. Je conseille donc à tous vos lecteurs qui vivent un chagrin d’amour de faire confiance à leur proches, et peut-être même à des inconnus pour sortir de ce cercle infernal. Les ruptures amoureuses peuvent engendrer des réactions excessives, il est vraiment important de se faire aider pour ne surtout pas faire de bêtises. la vie est tellement belle ! »

Vous venez de lire votre article en entier ? Ne partez pas sans avoir effectué notre test "Avez-vous une chance de reconquérir votre ex". Il s'agit du seul quiz qui mesure avec précision vos chances de reconquérir l'amour de votre vie

>> Cliquez ici pour faire le test

Poursuivre avec un autre article ?

Témoignages

Dispute(s)

Votre histoire a sombré dans le mélo, au cours d’une dispute anodine, le ton est monté et vous vous êtes…