Le chagrin d’amour chez l’homme est-il moins dévastateur ?

Par Antoine Peytavin

Si la société dans laquelle nous vivons n’est pas toujours égalitaire vis-à-vis du rapport homme femme, le terrain de la rupture amoureuse ne fait pas exception à la règle.

J’entends souvent des doutes monter quant à la teneur du chagrin d’amour chez l’homme.

Comme si son image du siècle dernier le protégeait des sentiments qui peuvent l’envahir.

Et j’aimerai réagir à ces croyances qui sont selon moi, totalement erronées.

Pour plusieurs raisons. Dont la plus évidente : pour que vous ne vous sentiez pas coupable de traverser une véritable période de doute.

L’être humain est une créature unique en son genre

La vérité de l’émotion est bien plus complexe que celle qu’on lui reconnait.

La rupture amoureuse est souvent banalisée. Traitée avec légèreté par les personnes qui sont étrangères à la situation.

Les retombées d’un tel choc sont pourtant réelles. Qu’on soit un homme ou une femme, il est difficile dans les deux situations de surmonter cette peine immense.

Européen, Américain, Africain ou Asiatique. Toute personne évolue et se construit sur ses perceptions, ses expériences et ses ressentis.

Et tout cela est très personnel. Personne ne réagit exactement de la même manière face à un même défi.

Ce que cela signifie ? C’est que ce n’est pas parce qu’une personne refuse d’extérioriser son mal-être (ou au contraire l’affiche ouvertement) que sa douleur est inexistante ou au contraire plus importante. Et cela n’a évidemment, absolument rien à voir avec le sexe de l’individu.

Certaines femmes vivront la séparation mieux que certains hommes.

Et vice-versa. Parce que cela dépend d’une capacité de relativisation. D’introspection.

D’une prise de conscience qui sous-entend la volonté de sortir d’un état qui porte l’étiquette « échec » apposée dessus.

Et nous y réagissons selon les armes que l’on s’est approprié d’une manière très personnelle.

Le chagrin d’amour chez l’homme doit avoir tout l’espace de s’exprimer

Nous sommes au XXIème siècle. Il est temps d’abandonner les conventions qui n’ont plus de sens.

Oui un homme peut être sensible. Oui un homme peut souffrir. Oui un homme peut pleurer.

Et oui, un homme peut aussi s’enfermer dans une logique d’orgueil et de fierté. Et finalement voir rouge.

Vos réactions ne doivent pas dépendre d’une construction sociétale.

D’une attente qu’on a sur vous. N’ayez pas honte d’avoir mal. Car vous vous empêcheriez d’apprendre réellement de votre douleur.

Accepter son ressenti, c’est la première priorité pour se reconstruire.

Et se laisser influencer par une image diffusée par les médias et les préconçus qui nous entourent, c’est s’empêcher de rester au contact de ses émotions.

Et finalement de comprendre par où avancer. Comment évoluer.

Ce que vous devez comprendre, c’est qu’il n’existe pas d’échelle dans la douleur.

Et que comparer votre souffrance à celle de quelqu’un d’autre n’a absolument aucun sens.

La culpabilité n’a rien à faire dans ce rapport à vous même et à votre ressenti vis-à-vis de ce que vous êtes en droit ou non d’avoir comme émotions.

Votre état dépasse les petites cases dans lesquelles ont peut/veut vous placer. Oui votre douleur est réelle. Et oui il existe tout un set d’actions à mettre en place pour la surmonter.

Qui que vous soyez. Quelle que soit la nature de votre histoire.

Je voulais simplement vous le rappeler. C’est important.

0 Partages

Avez-vous une chance de reconquérir votre ex ?

Découvrez le seul quiz qui mesure avec précision vos chances de reconquérir l'amour de votre vie.

Accédez au test

Poursuivre avec un autre article ?

Je récupère mon ex !